Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 08:45


Jeudi 25 mai 2010

 

" Pour ce 200eme billet de mon blog, c'est une bien triste nouvelle que je vous annonce. Trois ans après l'ouverture de la "plus belle boutique du monde" une page va se tourner.

 

J'ai essayé de vivre d'un commerce différent, un commerce ayant une démarche globale, écologique et équitable, respectueux de l'homme et de l'environnement, ici aucun des produits n'est responsable de la destruction de l'environnement ni ne participe à un quelconque esclavage des travailleurs, des artisans.


Un commerce qui ne transformait pas la foret amazonienne en hamburger, les forets d'Indonésie en barre chocolatée, qui ne participait pas à la lente et inexorable montée de la sur-puissance de Mosanto et de ses OGM, qui n'exploitait pas des enfants, des ouvrièr(e)s, des prisonniers, qui n'obligeait pas aux suicides de masse des producteurs de coton indien...


Un commerce véritablement équitable, sauf pour moi et pour ma famille, c'était un acte militant qui nous à couté et va encore nous encore nous couter beaucoup d'argent, trois ans de non salaire pour arriver à ne plus pouvoir payer son loyer, ses factures. (...)

 

                                                                                  >>> lire la suite

 

 

 

Yann avait ouvert sa boutique en 2007. Des Bouts du Monde à Narbonne, un commerce "autrement". Nous nous étions naturellement rencontrés sur la Toile, ça allait de soi. Sur la route d'un retour de vacances, nous avions fait halte et bu chez lui du coca breton équitable.

 

Son message m'a touchée, peinée, je crois bien que j'ai eu envie de pleurer. Inutile d'en rajouter, mon empathie pour cette histoire va aussi de soi. En revanche, ce qui ne va de soi, c'est le commerce autrement. Car le monde est tel qu'il est. Yann le sait mieux que moi, lui qui a voyagé plus loin que moi.

 

Nous qui arrivons à l'entreprise par le projet, avons du système une vision confuse. Humanistes, nous nous y installons avec naïveté. Et alors ? croyons-nous... Et alors, trois ans plus tard,  patatrac, boum, kaput. 

 

Le commerce autrement ne serait-il qu'un leurre ? Ni accepté ni acceptable. Les règles du commerce seraient-elles immuables ? Basées sur la richesse financière? Car au fond, quelles initiatives alternatives réussissent ? Celles qui peuvent s'offrir de l'emplacement n°1, de la pub à tout casser, du stock à tout casser, un compte bancaire jamais dans le rouge, des cautions personnelles solides comme du béton armé ? Apparemment, oui, celles-là. Parce qu'e d'un point de vue financier, elles ne sont pas alternatives, elles sont rigoureusement conformes aux attentes des banquiers, des bailleurs, des notaires et de la corporation. Parce ce monde parle le même langage et que nos mots à nous ne leur parviennent pas ainsi que nous les énonçons. Parce que nous sommes des doux-rêveurs, des sans le sou, des "artistes"...


Je n'oublierai pas ce jour où, dans ma boutique presque vide, je me suis entendue dire , sur le ton de moquerie bourgeoise, que j'étais sûrement une artiste... oh, pas une artiste au sens strict du terme, mais une sorte de bohémienne, de martienne dans le monde du commerce...  Comme si la boutique n'avait été qu'une sorte de passe-temps, de hobby... ou une lubie expérimentale. un tour du monde sur un bateau. Un truc comme ça, pour essayer.


C'était pourtant un travail, un vrai travail dans la vraie vie. Il aurait pu prendre une autre forme, c'est vers celle-ci que la vie m'avait menée. C'est vers celle-ci que la vie a mené Yann. Un  travail, ce sont des horaires, des compétences, des apprentissages, des questionnements, des problèmes à régler, des calculs à faire, des gens à appeler, des journées à organiser, des choses à penser, des décisions à prendre, des tâches à exécuter. Nous avions prévu que ce travail nous ferait vivre, une aspiration on ne peut plus normale. Un travail.


Après ces expériences professionnelles, nous pourrions nous cacher au fond des bois, nous carapater comme des tapettes à mouches, faire le mort.

 

Ben non. Non non non. 


Car, désormais nous savons. Ah ah ah !!! Nous sommes entrés dans la bergerie, nous avons vu.  Tout.  Le bon comme le mauvais, les forces et les faiblesses, les vérités et les mensonges. Avoir été à l'intérieur, dans le ventre du système et en être sortie vivante, est une consolation qui m'évite personnellement d'être aigrie. La digestion n'étant pas terminée mais plutôt en bonne voie, ma vision de ce système économique est en effet de moins en moins floue. Je mesure combien je le connais. Voilà probablement ce qui nous a manqué, au début. Voilà probablement ce que nous avons gagné, à la fin.


Ainsi mieux instruits, tenterons-nous d'autres incursions ? Trop tôt pour le dire. Contentons-nous de dire, de témoigner, de transmettre. C'est le moins que l'on puisse faire.

 





 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christele Boutique Endo - dans Je le dis... ça m'chiffonne !
commenter cet article

commentaires

Yann 04/06/2010 18:57



Un mot.


Merci.


Yann



sarah 03/06/2010 20:15



j'ai juste envie de dire "J'aime" .


bravo pour ce talent ,ce courage d'affronter les choses ,moi qui passe mon tps a essayer d'échaper ...a une certaine lucidité.Merci de militer.



Emilie 31/05/2010 09:34



Je me retrouve dans tes mots et dans ces maux de notre monde. Merci de les avoir écris. Bises



Emilie 31/05/2010 09:33



Je me retrouve dans tes mots et ces maux de notre monde...merci de les avoir écris. bises



Paco 29/05/2010 12:35



Mais...mais..Christèle...tu es une artiste.


Un billet grave mais optimiste, en tout cas le constat de celle qui a (sur)vécu


Allez, bises, bises, en passant


 



L'édito d'Endo

Jusqu'en 2009, Endo a été une marque polonaise de vêtements pour enfants, une boutique en centre-ville de Rennes, une boutique en ligne avec un .com, une expérience de "commerce autrement", un lieu de diffusion et de soutien à la création artisanale locale, un espace d'expositions, un faiseur de petits événements et de grandes rencontres.

 

Tout ça à la fois, qui se raconte depuis septembre 2005 sur ce blog.  

 

Même pas mort, ce blog continue à regarder autour de soi le beau, l'insolite, le poétique, l'énervant, voire plus.


           Christèle Fournier

           endo.fr@free.fr

 

 

 

 

  J'ai rebondi là... 

goodmorning-logo-nov2011

Tout Frais...

  • 10 ans, c'est vieux pour un blog
    1045 posts. 1046 avec celui-ci. Le 1er billet - en 2005 - commençait par "Le beau est la forme de l'amour". C'était la devise d'Endo, empruntée au poète Norwid. Le début d'une simple histoire de boutique rue Vasselot à Rennes puis rue Poullain-Duparc,...
  • L'Hospitalité Pasteur
    En 1886, lorsque Le Bastard passa commande d'une faculté, Martenot demanda aux professeurs de préciser leurs besoins. Les professeurs avertirent : " L'auteur de cet avant-projet ne devra pas perdre de vue qu'une faculté des sciences est un atelier des...
  • Petit Potam, Christine Chagnoux - 1967
    Petit Potam, Christine Chagnoux - 1967 Chine de dernière minute avant la fermeture du vide-grenier. La fleur au bec, Petit Potam me tend les pognes. Copyright by Dargaud 1967, imprimé en Finlande par Sanomaprint Helsinki 1970, je décèle la trouvaille...
  • Avenue Robert Buron ou la métamorphose du regard
    Avenue Robert Buron, temps de chien et mémoire d'éléphant. Dans les années 80, on a rôdé par ici. En toutes saisons, à toute heure, sur tous les tons, sous tous les cieux, le jour à peine levé, la nuit qui tombe, la lumière de juin. D'un pas brouillon,...
  • 14 & 15 juin 2014 - 6ème Petit Bazar du Canal
    Au 18 canal Saint-Martin, empruntez le passage cocher. Entrez dans la cour. Au fond, la maison en briques rouges a été construite en 1903 par l'entrepreneur Jean-Marie Huchet pour monsieur Solleux, l'immeuble derrière vous l'a été en 1906 par l'entrepreneur...
  • La vie en ville - Palissade à Saint-Michel
    Place Saint-Michel. La palissade est en mouvement perpétuel. Avec des hauts et des bas. Parfois éteinte, comme délaissée. Souvent lumineuse, comme occupée. Cet espace public évoque les oeuvres de Raymond Hains et des Nouveaux Réalistes. Un pan s'abandonne...
  • La vie en ville - Motifs
    MOTIF n.m est le masculin substantivé (1370-1372) de l'ancien adjectif motif, motive (1314) lui-même emprunté au latin motivus "relatif au mouvement", de movere -> mouvoir "remuer, bouger, se déplacer", également employé au sens moral d'"exciter, émouvoir"....
  • Leggera 2014
    © Good morning
  • "J'ai fait une plantaison de sapin", rue de Nemours, 08.12.2013
    Après la plantaison, vint la fenaison... Hommage à ceux qui se jouent des mots comme de leur première culotte, ils folâtrent sans retenue dans la nomenclature. Compliment à ceux qui laissent leurs oreilles s'égarer et entendre, ils moissonnent de purs...
  • Rennes - Un marché de Noël, s'il vous plait
    Il nous plait, il nous plait. Mais on a nos préférés, c'est notre côté bégueule. Le meilleur du cru 2013 sélectionné par nos soins serait un modèle emberfilicoté, un modèle solidaire et un modèle réversible. Inventaire. Samedi 30 novembre et dimanche...